Une toile d’arraignée d’interdits

Interdits_du_07-10-13

Il y a des atterrissages parfois difficiles. C’est ce que je ressens en redécouvrant la vie parisienne après 14 ans passés sur l’archipel de St Pierre et Miquelon. 14 ans mis entre parenthèse d’une certaine façon. 14 ans à redécouvrir la liberté, simplement la liberté de vivre. Partir sans fermer à clé la maison, laisser les enfants jouer dans la rue, emmener ma jument dans mon jardin, ne jamais avoir de papiers sur soi, laisser le moteur de la voiture tourner en plein hiver pour aller chercher le pain, laisser les enfants rentrer seuls de l’école ou de leurs activités, galoper à cheval sur la route avec la pouliche qui suit, faire courir Tarane, ma chienne derrière la voiture, entrer chez quelqu’un pour déposer quelque chose alors que la personne n’est pas là, et oui pas fermé à clé !!! Des choses simples, que l’on a connu enfant, enfin pour les plus de 50 ans comme moi et qui vous redonne ce petit sentiment de liberté.
Ici 4 serrures à la porte de notre appartement (euh je ne connais pas encore toutes les clés), un code à l’entrée, des interdits partout, justifiés d’ailleurs, mais que d’entraves. Vous écoutez la radio ou regardez la télévision : à consommer avec modération, manger 5 fruits et légumes par jour, bouger pour votre santé… j’en passe et des meilleurs !!! Vous laisser votre voiture devant l’immeuble, histoire de décharger la voiture et hop une prune, quand on ne vous l’enlève pas !!!
Moi j’étouffe là, la toile d’araignée m’emprisonne et ma liberté de penser !!! Ma liberté d’action !!! Ma liberté de bon sens !!! Il faut dire que le bon sens n’est pas ce qui caractérise le monde dans lequel nous vivons.
Mais c’est ainsi que puis je y faire ? Si ce n’est m’adapter à ce nouveau monde qui m’environne ?
L’adaptation n’est elle pas le propre de l’ Homme ? Dans chaque chose, chaque évènement qu’il nous ait donné de vivre, il y a quelque chose de positif. A moi de savoir faire la part des choses, comme je l’ai fait à l’époque en arrivant sur St Pierre et Miquelon.
Juillet SPM 168_12_1

Alhemax

Advertisements

18 réflexions

  1. La vie à Paris est totalement différente de celle dont tu bénéficiais sur St Pierre, et je comprends que ça te perturbe! On serait perturbée à moins que ça! Mais je suis sûre que tu vas finir par faire avec, de toutes les manières, s’adapter est une forme de survie, surtout quand on ne peut pas faire autrement! Allez, à la retraite tu retournes à St Pierre?
    Gros bisous Agnès et bon courage!

  2. Pas facile de s’adapter à tout ça, c’est vrai qu’enfant, nous avons connu, même en plein centre ville, une certaine liberté. La vie est que maintenant, l’argent domine encore plus le monde.Il faut tout, tout de suite et l’insécurité est devenu quotidienne….c’est dommage, où est passée la confiance en l’autre? Je te souhaite de trouver une manière d’être qui te plaise à défaut de retrouver ici ce que tu as laissé là-bas!
    Gros bisous d’amitié de Mireille du Sablon

  3. Je viens de regarder la vidéo de Bourdon, c’est çà. Je t’ai lu mazette pas facile.
    Alors pour illustrer le tout j’en rajoute une petite, je suis embauchée depuis le 1er octobre mais j’ai pas le droit d’aller travailler…parce que les papiers ne sont pas encore fait par l’administration…mais il parait que je suis payée à rester à la maison. Plus jeune j’ai connu l’inverse, on venait travailler, et on signait le contrat ensuite… Ah ben vi mais c’était un autre temps !!!!
    Bonne journée Agnès

  4. a lire ton article ,on sent une pointe d’amertume il est vrai qu’après toutes ces années a spm c’est plus difficile pour toi de te réadapter ala vie trépidante de Paris .
    nul doute que tu y arriveras; une maxime de François Villon me plait beaucoup mais de nos jours difficile a mettre en pratique
    bonne soirée

  5. Evidemment, le contraste de vie est énorme, un fossé même pourrait-on dire. La vie citadine t’oblige à suivre le mouvement, dire stop est difficile. Tu t’y feras comme tu t’es fait à vivre sur ton île… Aller, bon courage ;- ))
    @nnie

  6. Les débordements et excès ont conduit à interdire….bien entendu, c’est certain qu’il faut des règles pour que chacun y trouve son compte.
    Je me souviens de ce slogan de mai 68 suite à une boutade du regretté Jean Yanne…il est interdit d’interdire !
    Il est bien certain que ta vie parisienne …ne ressemble pas trop à celle d’Offenbach
    Heureusement tu peux partir respirer en bord de mer qui n’est pas si loin.
    Tu t’y feras, ok mais pffff !
    bises

  7. Ma pôv ! En plus, plus on vieillit plus il est difficile de s’adapter (surtout aux interdits !!!) Mais je te fais confiance, nul doute que vu ton jeune âge tu y arriveras ! Bises.

Et si vous me laissiez un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :